Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 09:29

 

Les cinq associations de franchisés par marque ont décidé de rejoindre l'AFA, Association des franchisés Accor, qui change ainsi de dimension en fédérant près de 340 propriétaires pour près d'un millier d'hôtels en France.

Novotel Reims Tinqueux

Novotel Reims Tinqueux

Lors de leurs Assemblées Générales qui se sont tenues le lundi 12 et le mardi 13 mai dernier à Marseille, les cinq associations de franchisés des marques Accor : 

  • AFFIB (Association des Franchisés Hôtel F1 et Ibis Budget),
  • AFIS (Association des Franchisés Ibis Styles),
  • AFI (Association des Franchisés Ibis),
  • AFAN (Association des Franchisés Novotel et Suite Novotel)
  • et AFAMS (Association des Franchisés Mercure, MGallery, Pullman et Sofitel)

ont fusionné avec la FFA (Fédération des Franchisés Accor qui s'est donnée par la même occasion de nouveaux statuts pour devenir l’Association des Franchisés Accor (AFA).

Elle s'est organisée en six comités de marque pour représenter les 339 propriétaires de 920 hôtels franchisés du groupe en France, soit 63 % du parc hôtelier sur le marché français et 1,46 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

"Cette nouvelle organisation a pour objectifs principaux d’accroître l’efficience du rôle et des missions de l’AFA vis-à-vis des hôteliers indépendants ayant adhéré aux différentes enseignes du groupe Accor et d’optimiser les relations avec le groupe Accor en simplifiant et fluidifiant les échanges", indique le communiqué de l'AFA.

Dans le cadre de cette réorganisation, Arnaud Fayet a été élu président de l’AFA par le nouveau Conseil d’Administration. Il succède ainsi aux coprésidents Patrick Jacquier et Valéry Fouquet.

A 48 ans, Arnaud Fayet est propriétaire de 6 hôtels franchisés Accor. Fils du tout premier franchisé; il indique vouloir s'investir «défendre tous les franchisés, quels que soient leur taille et leur modèle économique».

Le nouveau conseil d’administration est composé de 10 membres pour moitié nouvellement élus, avec Frédéric Brouillard, franchisé depuis 2004, comme vice-président.

www.afaccor.com

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.