Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 10:46

imagesCAPAKF9V.jpg

Vidéosurveillance, géolocalisation, fichage... les moyens à la disposition des entreprises pour garder un oeil sur leurs salariés sont nombreux, certaines en profitant en toute légalité, tandis que d'autres sont soupçonnées d'en abuser, comme Ikea récemment.
Avec les nouvelles technologies, "les moyens de surveillance deviennent très accessibles, donc la surveillance se développe", explique à l'AFP Yann Padova, secrétaire général de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).
Récemment, la Commission a ainsi mis en demeure publiquement une société toulousaine qui avait installé huit caméras... pour huit salariés.

Le responsable de la Cnil précise que la mise en oeuvre de tels dispositifs sur les lieux de travail n'est pas par principe illégale. "C'est une question d'équilibre", dit-il.
L'employeur doit justifier d'un intérêt légitime à la mise en place de la surveillance, consulter les représentants du personnel et avertir ses salariés et la Cnil. Ces règles valent pour la vidéosurveillance, la géolocalisation, les badges, les fichiers ou encore la cybersurveillance (enregistrements des conversations, filtrage des sites, logiciels "mouchards"...).

Des employeurs qui "se défoulent"


Les dérives observées prennent différentes formes. Dans l'affaire la plus récente, Ikea est soupçonné d'avoir utilisé la bonne vieille méthode de la "tricoche", c'est-à-dire le recours à des enquêteurs privés pour obtenir des renseignements sur certains salariés et clients. D'autres affaires de fichiers de salariés, avec des commentaires du type "individualiste", "sournois", "cas social"... ont aussi touché des entreprises comme Décathlon, la Macif, ou encore une filiale de Capgemini. Les documents étaient le plus souvent découverts par hasard ou... envoyés par erreur aux personnes concernées à la suite d'une manipulation informatique erronée.

"Les employeurs ignorent souvent que les salariés ont le droit de demander l'accès aux informations les concernant", y compris les commentaires, explique M. Padova.
"Souvent, par méconnaissance des règles, les gens se défoulent", mais les salariés "commencent à connaître ce droit", dit le responsable. En cas de plainte, la Cnil peut effectuer des contrôles et imposer des sanctions financières. Mais, ajoute M. Padova, son "arme principale est la publicité". En 2010, l'entreprise de soutien scolaire Acadomia en a fait les frais en recevant un avertissement public pour un fichier particulièrement édifiant portant sur enseignants, parents et enfants ("gros con", "saloperie de gamin", "parisien frustré"). Pour Olivia Luzi, avocate au cabinet Feral-Schuhl/Sainte-Marie, spécialisé dans le droit des nouvelles technologies, les entreprises sont tout de même "de plus en plus vigilantes" sur la législation qui est "très bien encadrée".

Son cabinet est souvent sollicité par des groupes qui veulent se "mettre en conformité", dit-elle, admettant avoir constaté quelques "usages qu'il a fallu changer". Thierry Venin, chercheur au CNRS, souligne de son côté un phénomène "beaucoup plus insidieux", affirmant qu'avec les smartphones notamment, "les gens sont de plus en plus sous laisse électronique". Ces outils appréciés des salariés, qui organisent parfois eux-mêmes leur propre surveillance via les réseaux sociaux, peuvent aussi permettre aux employeurs de suivre leurs déplacements. Si M. Padova reconnaît que "la géolocalisation explose", il souligne que la Cnil a établi une règle reprise par la Cour de cassation en novembre, "à savoir qu'on ne peut pas géolocaliser des salariés qui ont une liberté d'organisation dans leur travail".

La Commission dispose aujourd'hui de 182 agents, contre 95 en 2006. Sa montée en puissance semble peiner à suivre le rythme de la technologie.

Source : Le figaro

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.