Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:14

Thepot

Marc Thépot, considéré par beaucoup comme « le pape de l’hôtellerie » au Maroc, où il réside depuis le tout début de janvier 2002, quitte le groupe Risma, au sein duquel il a longtemps représenté l’actionnaire Accor, premier opérateur hôtelier mondial. Sa démission a été actée lors du conseil d’administration de Risma, tenu le 24 juin à Marrakech, en présence notamment de son « père spirituel », Gérard Pélisson, fondateur d‘Accor avec Paul Dubrule, et dont l’influence forte se fait toujours sentir au sein du groupe hôtelier dont il détient à titre personnel 1, 93 % du capital.
Marc Thépot, qui avait été envoyé au Maroc au moment où Accor prenait pied dans le pays après l’historique rencontre des fondateurs du groupe avec le défunt Roi Hassan II grâce à l’intermédiation de leur ami commun, le président Jacques Chirac, a été de toutes les grandes aventures du Groupe français dans le Royaume. C’est sous son égide notamment que furent réalisées ou acquises en gestion pour compte les plus belles unités du groupe, de Marrakech à Casablanca, d’Agadir à El Jadida, de Rabat à Essaouira…

Le « grand Marc » a également à son actif l’entrée en bourse de Risma, les accords de partenariat avec le groupe Akhannouch dans l’hôtellerie (IBIS), mais aussi l’implantation des Mercure et autre M Gallery.
Accor, essentiellement avec Risma, dont il est l’un des actionnaires de référence avec FinanceCom du Président Othman Benjelloun, mais aussi l’ONCF ou des fonds d’investissements du Golfe, dispose aujourd’hui de près de six mille lits dans le Royaume, ce qui fait de lui le premier opérateur local. Et ce n’est pas travestir la vérité que d’écrire que Marc Thépot a pris une part substantielle dans la réalisation d’un tel bilan.
On accordera à l’actif de Marc Thépot, qui dirigea également Accor Gestion Maroc avant d’être porté à la vice-présidence opérationnelle de Risma, aux côtés de M. Azzedine Guessous puis de M. Amine Echcherki, un partenariat actif et positif avec le Groupe Alliances. Le groupe de M. Alami Lazraq fut en effet le maître d’ouvrage de la grande majorité des hôtels construits sous l’enseigne Accor et Risma, notamment les Ibis, Novotel et Sofitel de Sidi Belyout à Casablanca, le Sofitel d’Agadir, l’Ibis d’Essaouira, etc.
Marc Thépot, qui possède une expérience inégalée du tourisme hôtelier national, a donc estimé que sa présence n’était plus vraiment nécessaire dans Risma alors que la transition avec M. Amine Echcherki, président du Directoire et représentant de l’actionnaire de référence FinanceCom, s’est rapidement opérée, à la satisfaction de tous.
Mais ce départ du fonds d’investissement maroco-français ne signifie pas pour autant le retour définitif de Marc Thépot dans l’Hexagone.
Celui qui a récemment brillé avec d’autres figures de la bonne société casablancaise dans une pièce de théâtre amateur de style boulevardier, compte en fait partager son temps entre sa résidence dans les collines du pays Haha, près d’Essaouira, la maison familiale de Cosqueville, en Basse Normandie, et des « missions » pour de grands opérateurs nationaux et étrangers intéressés par le développement de leurs projets au Maroc.
Marc Thépot quitte Risma, mais pas le Maroc, en un bel exercice donc du jeu « à qui perd gagne » !!!

 
Fahd YATA

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.