Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 09:53

hhh.jpgEn janvier, le gouvernement avait déjà annoncé le déremboursement de 126 médicaments, comme certains décontractants musculaires, des bains de bouche ou des remèdes contre l’arthrose, jugés inefficaces | (LP/PHILIPPE LAVIEILLE.)

 

Le gouvernement met la touche finale à son projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) qui sera présenté jeudi à l’Assemblée. L’objectif est de « diviser par deux le déficit de la Sécu entre 2010 et 2012 », explique-t-on dans l’entourage de Valérie Pécresse , la ministre du Budget.

Pour la seule branche maladie, qui affiche un trou de 14,5 milliards d'euros (Mds€) cette année, il s’agit d’économiser 2,5 Mds€. Mais pas question de trop pénaliser le pouvoir d’achat des ménages, déjà touché par l’alourdissement des taxes sur les mutuelles… Le gouvernement va donc demander près de la moitié de l’effort au secteur du médicament. Pour économiser environ 1 Md€, l’une des pistes consisterait à dérembourser les médicaments dont le fameux SMR (service médical rendu) est jugé insuffisant.

600 médicaments à vignette orange sur la sellette

Déjà, en janvier 2011, le gouvernement a annoncé le déremboursement de 126 médicaments, comme certains décontractants musculaires, des bains de bouche ou des remèdes contre l’arthrose, jugés inefficaces. Le rapporteur de la commission des Affaires sociales, le député UMP Yves Bur, veut aller plus loin. Il milite pour le déremboursement total des 600 médicaments à vignette orange remboursés à 15%. « Cette classe de médicament n’apporte aucun service médical », explique cet élu. Dans un rapport rendu public le 8 septembre, la Cour des comptes est allée dans le même sens.

Le gouvernement n’a pas encore tranché la question. Mais il planche sur une nouvelle loi sur le médicament. Présentée le 27 septembre, elle prévoit simplement de ne plus rembourser « de manière systématique » les molécules dont le SMR est totalement insuffisant. Tous les médicaments remboursés à 15% ne seraient donc pas concernés.

D’autres mesures d’économies ont en revanche été arbitrées. Ainsi le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, devrait annoncer jeudi devant la commission des Affaires sociales une baisse du prix de certains médicaments, et donc du montant remboursé par la Sécu. Le ministère espère en retirer environ 700 millions en 2012. Par ailleurs, une nouvelle taxe sera appliquée aux laboratoires pour financer la formation continue des médecins.

 

Source: Le Figaro

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.