Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 13:27

Bordeaux : le cuisinier du Novotel était bien trop fidèle

 

 © Photo


Ils ne sont ni les premiers ni les derniers à vouloir faire le tour du monde à vélo. Fin 2012, lorsque cet infirmier psychiatrique et ce cuisinier bordelais dévoilent leur périple, ils retiennent malgré tout l'attention. Il s s'apprêtent à traverser 14 pays, dans l'espoir chevillé à la selle de faire découvrir les spécialités culinaires françaises aux lycéens qui croiseront leur chemin. Le projet a l'air un tantinet fumeux, mais le tandem se la joue les mains en haut du guidon. Ne disposent-ils pas d'un budget de 12 000 euros alimenté par des sponsors, des prêts et leurs économies ? Pédalez, jeunesse ! Le groupe Accor lésé Jeudi après-midi, la fin de l'échappée belle s'est terminée devant le tribunal correctionnel de Bordeaux !

 

Tout du moins pour le cordon-bleu, qui a quitté la salle d'audience lesté d'une condamnation à six mois de prison avec sursis pour escroquerie.

Et l'obligation de rembourser près de 29 000 euros au groupe Accor, le propriétaire du Novotel bordelais où il était salarié. La balade à vélo avait été en partie financée par la chaîne hôtelière sans que celle-ci s'en aperçoive.

L'année précédant son tour du monde, le cuisinier astucieux a carotté la bagatelle de 918 000 points fidélité à son employeur. Des points bientôt transformés en miles aériens ou en chèques hôtel. Soit au total 53 vols assurés par la compagnie espagnole Iberia et 39 séjours dans des établissements de la galaxie Accor.

C'est un audit du responsable sécurité du groupe qui a mis au jour le pot aux roses pendant que le maître queux taillait la route avec son compagnon en Amérique du Sud.

Pour fidéliser ses clients, Accor leur attribue des points dès qu'ils descendent dans un hôtel du groupe.

Depuis son ordinateur personnel, le cuisinier, en se rendant sur le site du groupe, avait créé en quelques clics sept comptes fictifs. Soit sous des identités fantaisistes, soit en utilisant à leur insu les noms de proches.

Sur son lieu de travail, il avaitrécupéré discrètement le code de sa collègue chargée de créditer manuellement les points quand ces derniers ne sont pas affectés automatiquement par le système informatique, ce qui arrive de temps à autre.

Bien mal camouflé, le sésame apparaissait clairement dans un cahier laissé ouvert dans les locaux du Novotel. Il était d'autant plus facile à mémoriser qu'il était simple comme bonjour. Point besoin de sortir de l'ENA ou de Polytechnique pour s'engouffrer dans la brèche.

  • « Il a agi par facilité »

Deux fois par semaine, le cuisinier du Novotel, profitant de ses moments de pause, pianotait sur l'ordinateur de son chef et faisait gonfler sa cagnotte. Le geste large, il savait en faire profiter des membres de son entourage ou de sa famille, ces derniers étant persuadés qu'Accor réservait ces avantages à son personnel.

« Il a agi par facilité. Il n'avait pas l'impression d'escroquer qui que ce soit. Pour lui, le bénéfice était virtuel », insiste son avocat, Me Pierre-Luc Receveur.

Quelque peu complexé par la faiblesse de ses revenus, le jeune cuisinier avait le sentiment qu'en offrant ces voyages à son compagnon, il jouait dans la même catégorie.

Si la compagnie Iberia a passé l'éponge, le groupe Accor a pris la mouche et réclame, outre la contre-valeur des points de fidélité, des réparations financières au titre du préjudice moral subi par différentes sociétés du groupe. Au motif qu'elles auraient subi « un trouble », des salariés ayant été suspectés à tort.

Une demande que le tribunal présidé par Caroline Baret a rejetée. Point trop n'en faut !

Source: Journal Sud Ouest

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.