Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 08:15

yann caillereRISMA, société d’investissement et premier propriétaire hôtelier du Maroc, a annoncé aujourd’hui, à la suite de la tenue de son Assemblée Générale annuelle et de son Conseil de Surveillance, la nomination d’un nouveau Président du Conseil de Surveillance : Yann Caillère qui succède à Gérard Pelisson.

Le Conseil de Surveillance a également nommé un nouveau Directoire et un nouveau Président : Amine Echcherki qui succède à Azeddine Guessous. 
Avec Yann Caillère comme Président du Conseil de Surveillance, RISMA sera conduite par un professionnel de l’hôtellerie mondialement reconnu. 
Directeur Général délégué en charge des opérations Monde du Groupe Accor, Yann Caillère dispose d’une expertise et d’une expérience de premier plan acquise auprès de Disney, de Louvre hôtel et dans différents postes de responsabilité au sein d’Accor. 
Natif du Maroc, il connaît parfaitement l’environnement institutionnel et sectoriel national ainsi que ses enjeux. Il est notamment à l’initiative du renouveau de Sofitel au plan mondial et au Maroc en particulier. 
"Sa nomination est la preuve de l’implication confirmée d’Accor au Maroc et dans RISMA.", selon un communiqué. 
La nomination de Amine Echcherki comme Président du Directoire traduit la volonté du Groupe BMCE, actionnaire de RISMA.

 

Les règles de gouvernance sont renforcées

Cadre dirigeant à Financecom, il a à son actif la restructuration avec succès des filiales Budget Maroc et Finatech. 
Auparavant, M. Amine Echcherki a été Président Directeur Général d’IBM Maroc et a occupé diverses autres responsabilités à l’international au sein de cette multinationale. 
Le Conseil de Surveillance a tenu à témoigner sa reconnaissance à Gérard Pelisson, figure emblématique au Maroc et dans le monde d’Accor dont il est le co-fondateur, en lui proposant de demeurer Administrateur Président d’honneur de RISMA. 
De même, Azeddine Guessous, après deux ans passés à la Présidence du Directoire a été coopté pour réintégrer le Conseil de Surveillance de RISMA à qui il apportera son expertise en tant qu’administrateur. 
La mise en place d’un nouveau Directoire plus resserré, avec le maintien de Marc Thépot comme Vice-président de RISMA en charge de la direction générale marque la volonté des actionnaires de s’appuyer sur l’expérience d’un professionnel reconnu. 
Les règles de gouvernance sont renforcées avec l’implication des actionnaires dans les décisions stratégiques, en particulier celles qui relèvent du développement, des investissements et de la gestion des actifs. Il a ainsi été acté de créer un Comité ad-hoc dans le but de soutenir le Directoire dans la mise en oeuvre de la stratégie. 

"La priorité sera également donnée aux actions d’information et de communication afin de renforcer la visibilité de RISMA sur la place et ainsi faciliter son développement

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.