Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 20:09

Le groupe hôtelier, dont le chiffre d'affaires a crû de 4,4 % au premier semestre, va dépasser son objectif en termes d'ouverture de chambres prévue pour 2011. Son nouveau PDG, Denis Hennequin, veut assouplir la déclinaison de ses concepts pour accélérer son expansion.

il faudra attendre le 13 septembre pour connaître officiellement la stratégie du PDG d'Accor, Denis Hennequin, à la tête du groupe hôtelier depuis un peu plus de sept mois. A cette date, l'ex-patron Europe de McDonald's la détaillera dans le cadre d'une « journée investisseurs », annoncée hier en marge de la publication du chiffre d'affaires d'Accor pour le premier semestre. Programmée pour le 24 août, la publication des résultats pour les six premiers mois de l'année se limitera en conséquence à une simple présentation des comptes, a priori plutôt bons au vu de la marche de l'entreprise.

Accor a enregistré en effet un total de revenus semestriel de 2,97 milliards d'euros, en hausse de 4,4 % par rapport à son niveau constaté un an auparavant (+ 5,8 % à périmètre et taux de change constants), mais aussi en ligne avec la moyenne des prévisions des analystes (2,98 milliards). Le groupe, qui a constaté une nouvelle « accélération » de sa croissance au deuxième trimestre, a continué de profiter des solides performances de son hôtellerie moyen haut de gamme en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, ainsi que dans les pays émergents.

Accor a confirmé son objectif annuel en termes de développement, soit l'ouverture de 30.000 chambres, à comparer à 25.000 en 2010. Selon des sources concordantes, il sera même dépassé.

Mieux, en interne, on a désormais la certitude de pouvoir respecter le plan de marche à moyen terme, à savoir ouvrir au moins 35.000 chambres par an à partir de 2012. Si cette intention n'est pas nouvelle, Accor « se donne les moyens d'y arriver », souligne un cadre dirigeant du groupe.

Des pistes nouvelles

A l'occasion de la traditionnelle réunion annuelle des principaux cadres -une centaine de personnes -, qui s'était tenue récemment à Rabat, Denis Hennequin a d'ailleurs tracé des pistes nouvelles en matière de développement, susceptibles d'être évoquées le 13 septembre. A ses yeux, rapporte une source interne, Accor doit être plus flexible en déclinant ses concepts hôteliers avec une plus grande souplesse, et être « glocal », selon un jargon d'origine américaine. Cette approche nouvelle pour Accor vaut, entre autres, pour la chaîne moyenne gamme standardisée Novotel, tout comme pour l'enseigne de luxe Sofitel en Chine, où cette dernière a aussi du potentiel dans les villes secondaires. De même, alors que Accor peine à planter Mercure dans l'empire du Milieu, son enseigne Grand Mercure y a plus de résonance.

En outre, son portefeuille de marques est plus que jamais sécurisé. « Quand on est "asset light"[en mode de détention d'actifs immobiliers hôteliers allégée, NDLR], il faut des marques », estime en substance Denis Hennequin, rapporte un responsable.

De fait, avec un discours axé sur le développement et les produits, le PDG d'Accor s'est taillé un franc succès à Rabat, selon divers participants. Tout comme le nouveau directeur chargé du marketing et de la distribution, Grégoire Champetier, avec lequel Denis Hennequin a travaillé chez McDo.

De quoi mettre le management d'Accor en ordre de marche.

 

Ecrit par
Christophe PALIERSE
Christophe PALIERSE
Journaliste
Les Echos

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.