Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 13:16

 EQUIPE FO LOUVRE

Les entreprises ont tout intérêt à avoir des interlocuteurs compétents. 

 

Des entreprises valorisent le parcours des syndicalistes. Avec un objectif : améliorer les relations sociales.

 

Très souvent, exercer un mandat syndical, ou même être délégué du personnel ou membre du comité d'entreprise sans étiquette, freine la carrière. Voilà pourquoi les parcours syndicaux sont au cœur de la problématique de l'actuelle négociation sur le dialogue social. Néanmoins, depuis quelques années, certaines grandes sociétés ont amorcé un virage culturel et… valorisent la mission de leurs syndicalistes. Et ce, essentiellement par pragmatisme.

 

«Les négociations avec les syndicats portant sur des sujets clés comme les salaires, l'organisation du travail… Les entreprises ont intérêt à avoir des interlocuteurs compétents», souligne Jean-Dominique Simonpoli, ancien patron de la Fédération des banques à la CGT et directeur général de l'association Dialogues (qui réunit syndicalistes et représentants d'entreprises). Une exigence renforcée par la loi de sécurisation de l'emploi de 2013, qui amène les représentants des salariés des grands groupes à se prononcer sur la stratégie de l'entreprise et à signer des accords de plan social.

Axa a été pionnière dans ce domaine puisqu'elle a signé une charte du parcours syndical dès 2009. «En valorisant la fonction, on attire au syndicalisme des personnes de bon profil, et on favorise ainsi un dialogue social de qualité», explique Sibylle Quéré-Becker, directrice des relations sociales. Concrètement, les entretiens d'évaluation sont adaptés, les permanents peuvent suivre une formation certifiante à Sciences Po, qui les fait grimper dans la grille de qualification. Les compétences acquises sont valorisées, ce qui prépare l'après-mandat. «Un ancien coordinateur syndical national contribue désormais à l'animation et au pilotage des partenaires extérieurs (garages..) en régions», cite Sibylle Quéré-Becker. De fait, en gérant un budget de comité d'entreprise, en menant des négociations ardues, les syndicalistes acquièrent des compétences en gestion, en management, etc.  

 

«Les entreprises évitent d'avoir des syndicalistes qui enchaînent les mandats et se coupent de la réalité du travail, faute de solution de reclassement»

 

«Ce parcours nous valorise aux yeux des collègues et attire davantage de personnes vers le syndicalisme», se réjouit Bernard Bosc, coordinateur national adjoint CFDT Axa France. Tel est l'intérêt pour les syndicats: renouveler leurs troupes et attirer des jeunes qui, contrairement à leurs aînés, sont étrangers à la logique sacrificielle et rechignent à briguer un mandat. Quant aux entreprises, elles évitent d'avoir des syndicalistes qui enchaînent les mandats et se coupent de la réalité du travail, faute de solution de reclassement. «Une personne qui a exercé un mandat important peut ne pas toujours vouloir revenir à son poste de travail d'origine», rappelle Jean-Christophe Sciberras, président de l'Association nationale des DRH (ANDRH).  

 

Guide des compétences spécifiques chez Orange, parcours de certification à distance avec l'Essec chez Casino: les initiatives se multiplient. «Déjà six grandes sociétés ont mis en place notre système dédié d'évaluation des compétences», se félicite Jean-Dominique Simonpoli. «Le phénomène est limité aux grands groupes mais il se diffusera peu à peu», conclut Jean-Christophe Sciberras.

Source le Figaro

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.