Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 16:59

equipe-ibis.jpg

Depuis le 28 Juin 2010, Zacharie Latte mandaté par la FGTA FO et membre du bureau FO Accor avec l’ensemble de son équipe n’a cessé d’aller d’hôtels en hôtels voir et informer le personnel.

La tâche  est énorme mais par le travail et par une implication totale pour la défense des intérêts des salariés des  résultats très encourageants commencent à apparaitre ici et là au sein du GIE IBIS.

Chez Ibis comme ailleurs FO Accor considère qu’il n’y a pas de  « chasse gardée » Les salariés ne sont pas la propriété d’une organisation syndicale en particulier, ils sont libres et en cela rien ni quiconque n’empêchera notre organisation d’aller les informer de leurs droits et des accords négociés pour eux.

Oui Chez FO nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous disons et comme nous sommes généreux et fiers de ce que nous sommes parfois nous l’écrivons avec « un stylo » que nous offrons à nos lecteurs.

Notre syndicalisme se veut résolument moderne, non communautaire, libre indépendant et déterminé à l’image des femmes et des hommes qui adhérent à notre organisation.

Loin d’être dans une démarche de corruption et de dénigrement comme une organisation syndicale le laisse entendre sur son site internet, nous sommes bien au contraire dans une dynamique de rénovation car il est vrai que très souvent l’habitude chez les hommes engendre un phénomène d’érosion  voire même de lassitude  ou pire « de droit de propriétés »

Chez FO Accor notre démarche se veut respectueuse des acquis obtenus par les anciens, mieux nous souhaitons aujourd’hui contribuer à les améliorer…

Nous sommes avec vous chers collègues et puisque les paroles s’envolent et que les écrits restent n’hésitez pas à nous écrire pour nous faire part de vos remarques « avec ou sans stylo FO »

 

NOUS COMPTONS SUR VOUS

VOUS POUVEZ COMPTER SUR NOUS

syndicat.fo-accor@live.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires

bruno 13/11/2010 22:24



Bravo les gars ras le bol de la cfdt qui se croit partout chez elle ! Enfin du changement chez FO il était temps !



pierre 13/11/2010 18:41



excellent article !



Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.