Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 16:30

 

Déplacement sud Est Novembre 2010Karim, Carlos Gilles et Zacharie

 Novembre 2010

Après plusieurs jours passés dans le Sud Est de la France à la rencontre des salariés de divers établissements en filiales de l'hôtellerie du Groupe Accor nous découvrons avec stupeur qu'une organisation syndicale actuellement majoritaire chez Ibis soucieuse certainement de vouloir  garder son "pré carré" et "ses petits arrangements entre amis » n’hésite pas à utiliser des mots totalement injustifiés à notre encontre.

Nous rappelons que notre organisation est constituée d'hommes et de femmes qui n'ont d'autres préoccupations que d'apporter un peu de leur temps, de leur expertise, et surtout leur volonté pour faire vivre la démocratie sociale chez Accor en général et chez Ibis en particulier.  

A l'aube des échéances électorales de Mars 2011 quoi de plus légitime que d’aller informer nos collègues et de participer d’une manière constructive au dialogue social sans croire à la pensée unique.

A l’heure où une majorité d’élus est sans étiquettes chez Ibis, il est certainement beaucoup plus facile d’essayer de « salir » FO Accor que de se poser les vraies questions d’avenir à savoir que vais-je proposer de différent et de nouveau aux salariés de la Marque.

Pourquoi des lors ne pas croire que par une habileté d’affichage ce n'est pas  plutôt cette organisation qui cherche à « dénigrer et calomnier» des « morveux » gênants afin de les décrédibiliser aux yeux des salariés.

 Chacun jugera comme bon lui semble …

 

PHOTOS-FO-ACCOR 7458 Zacharie LATTE Délégué Syndical Central en déplacement à l'Hôtel Ibis de Nice Centre Nov. 2010

 

Zacharie LATTE, stylo en mains à pris bonne note des nombreuses attentes de  salariés des 7 Hôtels Ibis de Marseille qu'il a visité en compagnie du Délégué Régional Abdel ADLA et des 2 hôtels répartis sur Antibes et Nice.

En un mois ce travailleur infatigable a déjà une trentaine d'hôtels visités en région à son actif  et ce n'est qu'un début ...

 

N'hésitez pas à le contacter sur son adresse Mail

 

 

 

 

 zacharie.latte-foaccor@live.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.