Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 06:03

Magnum' : le nom de code du plan stratégique annoncé, mardi 13 septembre, par le PDG d'Accor a été choisi à dessein. C'est en effet un gros calibre qu'a utilisé Denis Hennequin pour réveiller la 'belle endormie', comme il qualifie souvent le groupe hôtelier qu'il dirige depuis huit mois.

Le contraste avec son prédécesseur, Gilles Pelisson, est saisissant. L'ex-PDG d'Accor, débarqué brutalement en décembre 2010, était critiqué pour ses valses-hésitations face aux choix stratégiques: un jour il affirmait que Ticket Restaurant devait rester dans le giron du groupe, le lendemain, il fallait s'en séparer. Son manque de vision long terme avait fini par lasser ses deux principaux actionnaires : les fonds d'investissement Colony Capital et Eurazeo.

Comme l'avait résumé perfidement un administrateur : 'la feuille de route était tellement précise, que Pelisson ne pouvait pas se tromper'. Ces dernières années, du haut de son poste d'administrateur d'Accor, Denis Hennequin a eu tout le temps de retenir la leçon avant de prendre les commandes : c'est au PDG de fixer le cap, en accord avec les actionnaires et non pas l'inverse.

'DU PRÊT-À-PORTER AU SUR-MESURE'

Pour cela, l'ex-patron de McDonald's Europe, as du marketing, n'hésite pas à briser les tabous en rayant de la carte Etap-Hotel et All Seasons pour regrouper l'ensemble de l'hôtellerie économique sous la bannière d'Ibis. M. Hennequin promet de 'réinventer l'hôtellerie', de faire passer Accor 'du prêt-à-porter au sur-mesure'. Formules marketing diront les sceptiques. L'avenir le dira.

Mais en donnant une véritable ligne d'horizon à Accor, M. Hennequin a compris que le moteur d'une entreprise ne peut se limiter à des cessions d'actifs aussi nécessaires soient-elles. Ces dernières années, Colony et Eurazeo ont été souvent critiqués pour leur interventionnisme dans la gestion (...)

Lire la suite sur lemonde.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

soulie 12/09/2017 18:45

Bonjour

Vous êtes à la recherche d'un prêt de toute urgence ? :
• Pour relancer vos activités financières ?
• Pour rénover l'intérieur de votre appartement; maison; immeuble ?
• Location ?
• Achat de voiture ?
• Crédit pour le mariage ?
• Règlement d'une dette ?
• Pour la réalisation d'un projet ?
• Ou pour d'autres raisons etc. ...
Je mets à votre disposition un prêt à partir de 700 à 8.600.000 Euros avec des conditions très simples à un taux de 2%.
Je fais aussi des investissements et des prêts entre particulier de toutes sortes. J'offre des crédits à court, moyen et long terme.
Pour plus d'informations veuillez me contacter directement à mon adresse e-mail : alexaandrasoulie@gmail.com

PS: Je ne prête qu'aux personnes honnêtes et susceptibles de me rembourser mon argent.

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.