Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 20:04


equipe lyon perrache 06 04 10 Réunion avec l 'équipe Fo des CE PIF, GO et RAM  au 1er plan Christine JEQUIER. Lyon Perrache  Avril 2010

 

L’accélération des ventes d’hôtels se poursuit, après 5 hôtels IBIS, 1 hôtel NOVOTEL à NANTES CARQUEFOU  un autre bientôt à LILLE, notre collègue Christine JEQUIER déléguée syndicale régionale  de l’hôtel NOVOTEL  AVIGNON  SUD à peine nommée le mois dernier  nous à appris hier que la direction du groupe Accor consultera  la semaine prochaine les membres du CE NOVOTEL RAM pour la cession de son hôtel au profit d’un  groupe Avignonnais et ce  vraisemblablement en juillet 2010.

Notre Groupe se réfugie derrière un discours bien rodé « le maintien de l’activité hôtelière et l’emploi » rappelant au passage les quelques mesures d’accompagnement issues de l’accord  de Mars 2009 signés par les organisations syndicales dans le cadre des cessions d’hôtels détenus en filiales. Mais  passé un délai de quelques mois comme prévu à minima par cet accord, certain avantages sociaux acquis depuis des années seront-ils conservés  en l’état par les nouveaux acquéreurs des hôtels de notre groupe nous sommes en droit d’en douter !

Lorsque les salariés seront « transférés» le 13 éme mois, la mutuelle et la prévoyance offrant des garanties de qualité, la prime d’intéressement collectif, l’augmentation annuelle collective négociés par les partenaires sociaux, la participation au bénéfice de l’entreprise tous ces avantages et bien d’autres durement acquis seront-ils maintenus pour les nouveaux contrats d’embauches ? De plus les salariés bénéficiant de ces avantages au titre de leur ancien contrat de travail  pourront-ils exercer dans de bonnes conditions leurs activités professionnelles sans être ciblés comme du personnel « coutant trop chers » ?

Comme expliqué précédemment le fait de vendre ces hôtels à la découpe annule  immédiatement l’accord de droit syndical en vigueur dans les hôtels filiales, droit qui permet d’avoir pour des hôtels de moins de 50 salariés une représentation syndicale et un dialogue social beaucoup plus structuré et donc une meilleure défense de vos intérêts.

Nous avons demandés par courrier à la Direction de l’Hôtellerie France une réunion extraordinaire du Comité de Concertation de l’hôtellerie qui nous permettra de poser des questions claires auxquelles des réponses précises devront être apportés en particulier sur l'amélioration des mesures d'accompagnement de Mars 2009. Nous ne manquerons pas de communiquer avec vous sur les conséquences de cette nouvelle stratégie de détention et sur l’accompagnement que  vous êtes en droit d’attendre en cas de cession de votre établissement.

Nous n’accepterons pas que les acquis sociaux obtenus après des années de négociation partent en fumée au détriment du modèle social construit de longue date dans notre groupe et ce pour des raisons purement financières.

Votre avenir vous appartient, continuer à nous faire part de vos inquiétudes et de vos interrogations nous saurons être à vos côtés le moment venu car aujourd'hui vous n'êtes pas encore concernés mais demain...


Gilles d'Arondel

Gilles d'Arondel

Délégué FO Accor

syndicat.fo-accor@live.fr

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

le jeune 11/04/2010 15:51



c'est sur avec des commentaires de résignés on a déjà perdu !


un jeune



UN ANCIEN 11/04/2010 13:14



Vous ne pourrez rien contre la décision du groupe de vouloir tout vendre ! Ce n'est que le début !



Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.