Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:58

 

Un mois après l'assemblée générale du groupe et le départ de Denis Hennequin, le nouveau directeur général, Yann Caillère, présente sa feuille de route. Elle a pour objectif de favoriser la croissance et la mutation digitale, et de mettre les partenaires du groupe au coeur du développement.

Image1.jpg

 

Yann Caillère, directeur général d'Accor : 'Dans une situation où le doute s'installe, il faut agir vite, avec calme, sérénité et concentration.'


Pas question pour Yann Caillère, nouveau directeur général d'Accor après le départ de Denis Hennequin le 24 avril dernier, de laisser du temps au temps : "Dans une situation où le doute s'installe, il faut agir vite, selon une feuille de route claire, avec calme, sérénité et concentration." Présentées le 23 mai aux salariés, ses priorités stratégiques proposent cinq lignes directrices qui se déclinent en trois idées force : 'transformer, digitaliser, simplifier'. 

"Il m'a fallu trois semaines pour présenter la nouvelle organisation, il faudra trois mois pour montrer que notre transformation est en marche et trois ans pour en récolter les bénéfices", poursuit le directeur général.

Le premier des cinq axes stratégiques est l'excellence opérationnelle : elle sera mise en place en direct par Yann Caillère, appuyé par les directeurs de marques pour l'Europe, et les directeurs de zones pour les pays en développement. Il s'agit de faire évoluer le modèle économique des marques : "80 % de nos hôtels appartiendront à des partenaires extérieurs : nous devons donc rendre les modèles toujours plus efficaces et rentables pour tous, quels que soient la zone géographique et le segment concernés. Les directeurs des marques devront travailler davantage avec les propriétaires des hôtels."

Deuxième axe : la digitalisation, qui sera mise en oeuvre par Grégoire Champetier, directeur du marketing et de la distribution. "C'est une révolution indispensable pour le groupe, même si beaucoup d'efforts ont déjà été faits, précise Yann Caillère. Nous sommes en avance dans certains domaines, comme sur les réservations sur mobile, mais devons rattraper notre retard dans d'autres, tels que le programme de fidélité qui compte aujourd'hui 11 millions de membres. Le budget de 30 M€ supplémentaires par an, qui a été voté pour améliorer les performances du groupe dans ce domaine, est maintenu. Nous évaluerons s'il est nécessaire de le renforcer."

 

Poursuite de la politique d'asset management

Troisième axe qui confirme la nouvelle stratégie globale du groupe : la création d'une nouvelle direction Services partenaires et hôtels, confiée à Dominique Esnault. Il s'agit d'élargir l'offre proposée aux partenaires et de construire une relation durable basée sur la confiance. "Nous devons prendre en compte que la plupart des hôtels sont détenus par des tiers. Il est indispensable d'améliorer davantage encore les relations avec eux. Quand un client entre dans un hôtel, il est client de la marque, quel que soit le mode de détention de l'établissement"

Des moyens importants seront alloués et le service informatique – considéré par Yann Caillère comme "outil de conquête et de croissance et non centre de coûts"  -, sera intégré au sein de cette nouvelle direction.

Le quatrième axe stratégique concerne la poursuite de la politique d'asset management du groupe, engagée sous la gouvernance de Gilles Pélisson et accélérée par Denis Hennequin. Elle sera prise en charge par la direction générale asset et investissement (anciennement direction du patrimoine), sous la direction de Gilles Bonnier.


"Tout le monde doit sortir gagnant"

Enfin, le cinquième axe stratégique concerne la politique de développement, qui est confiée à Christian Karaoglanian : "Accor doit continuer à croître. L'objectif annuel des 30 000 chambres nouvelles sera maintenu, principalement en asset light et avec un intérêt particulier pour l'Asie Pacifique et les BRIC [Brésil, Russie, Inde,Chine, NDLR]", précise Yann Caillère.

Avec cette nouvelle feuille de route, ce dernier veut "prendre à bras-le-corps le problème de valorisation du groupe, qui passe par une amélioration de la rentabilité. La clarification des fonctions et la simplification des processus vont permettre d'accroître les performances en étant plus réactifs, et ce, même si le plan d'économies de 100 M€ voté en assemblée générale est maintenu". Et de conclure : "Tout le monde doit sortir gagnant : les partenaires, les collaborateurs, les actionnaires et les clients".

Après une période transitoire, le groupe Accor devra prochainement statuer sur une nouvelle gouvernance. Yann Caillère affiche clairement sa nouvelle ambition : diriger le groupe "que ce soit en tant que directeur général ou président-directeur général si le conseil d'administration souhaite un rapprochement des fonctions de d. g. et de président non exécutif". Reste à entendre maintenant la voix des franchisés, toujours arc-boutés sur l'idée qu'Accor doit rester un opérateur avant tout. Les mois qui viennent leur apporteront la réponse.

X. S.

 

Nouvel organigramme


• Yann Caillère, gestion des patrons de marques Europe, de Sofitel monde et des patrons de zones en direct (Amérique latine, Asie Pacifique, Moyen-Orient, Afrique)

• Gilles Bonnier, directeur général asset & investissement

• Grégoire Champetier, directeur général marketing & distribution

• Dominique Esnault, directrice exécutive Services partenaires & hôtels 

• Pascal Quint, secrétaire général

• Antoine Recher, directeur exécutif des ressources humaines

• Sophie Stabile, directrice générale des finances

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.