Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 16:12

lundi 13 décembre 2010 15:57
75 - Paris

Cet établissement viendra renforcer le réseau de la marque haut de gamme d’Accor, présent dans 16 pays avec 47 hôtels, dont 14 en France (4 000 chambres).

signature4.jpg 
Signature au Pullman Tour Eiffel. De gauche à droite : Denys Sappey, directeur Pullman France, Christophe Alaux, directeur Accor France et Olivier Bossard, directeur développement Unibail-Rodamco.

Accor vient d’intégrer l’un des plus grands hôtels-conférences d’Europe, le Méridien Montparnasse qui deviendra le Pullman Paris Montparnasse à compter du 7 janvier 2011. L’établissement associe une capacité hôtelière de 953 chambres à un centre de conférence capable d’accueillir jusqu’à 1 000 personnes pour des réunions, conventions et grandes opérations évènementielles.
Le Pullman Paris Montparnasse viendra renforcer le réseau de la marque haut de gamme d’Accor, présent dans 16 pays avec 47 hôtels, dont 14 en France (4 000 chambres). À terme, Pullman vise un réseau de 150 hôtels dans les principales métropoles régionales et internationales. Pour Gilles Pélisson, président du conseil d’administration d’Accor : “Ce nouveau succès est une étape clé dans le développement de la marque Pullman lancée il y a trois ans. Elle démontre la force de Pullman qui, désormais en plein de cœur de Paris, s’impose comme un acteur international, leader sur le segment du voyage d’affaires haut de gamme.”
“Notre plus gros porteur”
Il s’agit du 4e Pullman dans Paris après le Pullman Paris Tour Eiffel, le Pullman Paris Rive Gauche et le Pullman Paris Bercy. Denys Sappey, directeur général Pullman France, déclare : “Cet hôtel de 953 chambres va devenir notre plus gros porteur. Il bénéficie d’une situation exceptionnelle, à quelques mètres de la gare Montparnasse, qui draine chaque année 50 millions de visiteurs.”
Les termes du contrat qui repose sur une location gérance à taux variable, n’ont pas été divulgués, “mais d ‘ores et déjà, Accor s’est engagé à reprendre la totalité du personnel alors qu’Unibail, de son côté, prévoit un programme de rénovation hébergement pour un coût d’environ 13 M€. [Celui-ci] devrait lui permettre de développer la clientèle individuelle, mais aussi les grands congrès et conventions.”
Enfin, Pullman multiplie les innovations vers le tourisme d’affaires. Un nouveau système de visioconférences est proposé dans une nouvelle version, diffusant en simultané conférence et présentation de type Power point sur le même écran. Présent actuellement dans 8 des 14 Pullman, le système devrait être étendu à tout le réseau prochainement.

 

 

Évelyne de Bast  le journal de l'hôtellerie

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.