Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 00:04

communique ce go mercure

 

Mardi 16 Novembre 2010 l'ensemble des membres du CE y compris un  élu sans étiquette, en solidarité à AHLAM EL RAFIKI, ont  témoignés leur soutien en faisant lire par Edouard AHOUNOU, élu FO un communiqué demandant après l'approbation du compte rendu de leur dernière réunion de CE, l'arrêt de la réunion en signe de protestation.

Le président a immédiatement interrompu la séance. Il a été demandé à ce que le communiqué soit annexé au compte rendu pour affichage dans les établissements du périmètre.

Par ailleurs avant une communication vers la clientèle des hôtels Mercure, il a été convenu par l'ensemble des organisations syndicales de procéder à un affichage  dans tous les panneaux syndicaux des Hôtels Mercure Filiales France.

 

COMMUNIQUE

Paris, le 16/11/2010

Mr le Président du CE Mercure,

Les organisations syndicales souhaitent dénoncer par la présente le climat social inadmissible du Mercure Pau, et plus particulièrement le licenciement de Mme Ahlam El RHAFIKI, élue au CE et CCE. Il est rare de voir un tel acharnement à l’encontre d’un salarié, d’autant plus qu’Ahlam en tant qu’élue au CE Mercure Grand Ouest a été reconnue pour son professionnalisme et sa gentillesse. Nous dénonçons le climat social délétère entretenu par Mr Gilles FONTANEL qui consiste à faire d’Ahlam El RHAFIKI un bouc émissaire afin de faire peur aux autres salariés de l’hôtel, nos organisations n’excluent pas des actions devant les hôtels Mercure pour dénoncer auprès de la clientèle les pratiques « malsaines » mises en place par certains directeurs. En signe de protestation nous demandons des à présent le report de tous les autres points de l’ordre du jour et vous demandons de lever la séance. Dans l’attente de voir cette situation s’améliorer, veuillez agréer Monsieur le Président, nos sincères salutations.

CFDT:

  KARIM WAHABI

CGT : 

GUY BOUCABEILLE - BEKHIM MAXHARRAJ - BRUNO FERRAZI

FO :

GILLES d’ARONDEL- CARLOS CONDESSA - KARIM BELHADRI

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.