Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 22:17

DANIEL-LEBOURGEOIS-copie-1.jpg 

Daniel LEBOURGEOIS

Négociateur FO SMI NAO 2015

Par nos différentes Informations et Tracts hier et aujourd’hui, vous avez compris que La Direction a voulu nous manipuler pour :

Dresser les Cadres contre les Employés – AM,

Diviser les Syndicats, et globalement

Pénaliser les Salariés ! Cette stratégie est inacceptable et si elle émane de Sébastien Bazin, cela est très malsain ! 

FO a réagi très rapidement Lundi Midi pour bloquer un stratagème de, Division pour mieux régner, que la Direction voulait mettre en place ! FO a consolidé la dernière proposition officielle de la Direction qui permettait de conserver 1,6 % en Général pour les Employés - AM et 1,3% pour les Cadres en individualisé ! Avant de perdre sur les salaires et diviser les salariés,  FO a signé pour la NAO 2015, en contrecarrant les manœuvres de la Direction ! Nous avons invité les Salariés d’Atlantis et BB2 à une Assemblée Générale ce matin et nous avons décidé de continuer le combat. Nous faisons une Pétition à Sébastien Bazin, sur tous les sites de S.M.I. afin de montrer notre mécontentement d’un Dialogue Social malsain ! Sur S.M.I. nous avons 50% d’Employés – AM et 50% de Cadres, et c’est, pour tous, que FO revendique la Reconnaissance Salariale et la prise en compte d’une augmentation égale en % pour les Salariés des différents Statuts dans l’enveloppe des augmentations individuelles !  Soit comme objectif +1,8%  Il reste donc à obtenir :

+0,2% pour les Employés – AM

+0,5% pour les Cadres Hors Dirigeants

Cette pétition doit être en signature dans les différents sites de S.M.I.  à partir de Jeudi Matin dans le Hall d’Atlantis et de BB2, Jeudi Midi sur le Site d’AVIA Il ne reste plus qu’à les faire remonter par Scan PdF pour Vendredi 30 Janvier 12H00  les documents qui auront été signés par les salariés à daniel.lebourgeois@accor.com

La demande à Atlantis et BB2 est de porter à Sébastien Bazin, en main propre, notre Pétition S.M.I., si nous obtenons plus de 400 signataires tous sites de S.M.I. En effet, cela signifiera qu’une majorité des Salariés est choquée par la politique salariale et le Climat Social au sein de S.M.I.

Nous pourrons alors nous en expliquer librement avec Monsieur Bazin et nous saurons, enfin, s’il cautionne les méthodes employées !

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.