Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 17:26

visageDepuis maintenant plusieurs semaines vos délégué(e)s syndicaux se battent pour négocier vos augmentations de salaires et des avantages sur vos conditions de travail sur l’ensemble des périmètres juridiques de l’hôtellerie ainsi que dans les sièges.

Les dernières propositions de la direction du groupe Accor sont de 1,7% pour les employés et Agents de Maitrises et de  1,3 pour les cadres avec à la marge 0,05% d’augmentation du budget des œuvres sociales et quelques allégements sur l’ancienneté pour obtenir 1 ou 2 jours dans le cadre d’un décés d’un parents ou de l’hospitalisation d’un enfant de moins de 16 ans.

De part les excellents résultats en cours et à venir notre organisation ne peut se résigner à signer un tel accord et demande une dernière réunion de négociation pour une juste rétribution collective des efforts engagés par les salariés  notamment sur la productivité  dans les hôtels et au regard des cadeaux et autres avantages fiscaux comme le crédit compétitivité emploi (CICE) représentant 4% de bonus en 2013 et 6% pour 2014.

 

Les profits de notre groupe et de ses dirigeants sont énormes et pour info nous vous communiquons une petite rétrospective des gains de nos actionnaires principaux dont le dernier employeur en date de notre président Mr Sébastien BAZIN


1,7 %  et 1,3 % d’augmentation pour 2014 alors que depuis 2005 Colony et Eurazeo ont une plus value globale (réalisée et latente) à ce jour de février 2014 d’environ 1 400 Millions d’€ pour une mise de 2 000 Millions d’€ ! Soit un placement à 70 % de rendement !

Et pour les petits actionnaires de même :

En 2010 dividende de 0,62 € par action

En 2011 dividende de 0,65 € par action soit + 4,8 % et une prime exceptionnelle de 0,50 € par action soit + 100 % / 2010

En 2012 dividende de 0,76 € par action soit + 17 % par rapport au dividende de 2011 !

Pour 2013 dividende proposé de 0,80 € par action payable en cash soit + 5 % par rapport au dividende de 2012 ou 50 % en cash et 50 % en actions au prix de l’action . . . moins 10 % . . Cadeau !

 

Oui Sébastien Bazin fait aussi sa Révolution chez ACCOR . . . . Mais les collaborateurs sont exploités et oubliés dans les Hôtels et dans les Sièges !

HôtelInvest et Hotelservices vont se mettre en place pour extraire encore des résultats et faire uniquement de la Finance !

 

Oui le Tract «  C’est le moment de se réveiller est plus encore d’actualité. . . pour faire bouger Messieurs ALAUX et BAZIN pour notre NAO 2014 !

Le raisonnement qui consiste à dire 1,7% c’est toujours mieux que rien est un leurre car en effet années après années nous nous rapprochons du rien en donnant toujours plus !

Plus d’efforts sur nos rémunérations qui baissent alors que le cout réel de la vie augmente, Plus d’efforts sur la productivité en travaillant 2 fois plus pour 4 fois moins ! 

 

Bientôt nous paierons un droit d’entrée pour avoir la chance d’être salarié STOP vous êtes la main d’œuvre, majorité silencieuse sans qui rien n’est possible car plus de salariés plus de business !

 

 

Le groupe Accor et les actionnaires majoritaires du groupe (Colony et Eurazeo)

 

Colony/Eurazeo :

Acquisitions globales pour 2 009 M€

Cessions pour 632 M€

Dividendes pour 469 M€

Actions détenus à ce jour pour une valeur de 2 300 M€ (y compris actions Edenred)

Plus value globale (réalisée et latente) à ce jour : environ 1 400 M€

Historique :

2005 : Colony investit 1 milliard d’euros : 500 millions d’obligations remboursables en actions et 500 millions d’obligations convertibles. Rappelons que depuis 2002, Colony détient 50% de Accor Casinos puis 15% du groupe Barrière

 

 une émission d’obligations remboursables en actions (ORA) d’une durée de trois ans, avec un intérêt annuel de 4,5 % ; les obligations ont été émises à 3 900 euros, ce qui représente, sur la base d’un ratio de remboursement d’une obligation remboursable pour 100 actions à 39 euros, une prime de 10 % par rapport à la moyenne des cours de l’action Accor dans le mois précédant le Conseil de Surveillance du 8 mars 2005.

 

 une émission d’obligations convertibles (OC), d’une durée de cinq ans, avec un intérêt annuel de 3,25 %, émises à 4 300 euros, ce qui représente, sur la base d’un ratio de remboursement d’une obligation convertible pour 100 actions à 43 euros, une prime de 21 % sur les mêmes bases que la précédente

 

2007 : Colony Capital a exercé son droit de conversion anticipé de l’emprunt obligataire remboursable en actions (ORA) de mai 2005. L’emprunt, qui figurait au bilan de Accor SA pour 500 millions d’euros au 31 décembre 2006, est entièrement converti et donne naissance à 12 706 398 actions nouvelles. En juillet 2007, Colony Capital a exercé son droit de conversion anticipé de ses obligations convertibles (OC) d’une valeur de 500 millions d’euros générant la création de 11 756 970 actions nouvelles. À la suite de ces deux conversions, Colony Capital détenait 10,3 % du capital de Accor. Acheté 1 000 M€, valorisé à cette date à environ 1 450 M€, soit une plus value latente de 450 M€. Les dividendes recus par Colony se montent à 77 M€

2008 : Colony exerce son « put » et vend ses 15% du groupe Barrière pour 153 M€ . Eurazeo achète des actions accor, environ 11% du capital

Le 4 mai 2008, Colony Capital et la société d’investissement Eurazeo ont annoncé la constitution d’un pacte d’actionnaires d’une durée de cinq ans destiné à renforcer leur présence conjointe dans le

capital du Groupe jusqu’à hauteur de 30 %. La première étape de ce pacte s’est concrétisée par la montée à 8,9 % de Eurazeo dans le capital du Groupe le 13 mai dernier. Cette augmentation de la participation du Concert s’est accompagnée, le 27 août dernier, par l’octroi d’un siège supplémentaire au Conseil d’administration pour Eurazeo, portant de deux à trois membres le nombre de représentants de Colony et Eurazeo. Au cours du 2e semestre 2008, Eurazeo et Colony ont de nouveau renforcé leurs participations pour atteindre un taux de détention sur une base non diluée au 31 décembre 2008, de 10,49 % pour Eurazeo et de 12,36 % pour Colony Capital. Le concert dispose ainsi de 22,84 % du capital et de 20,40 % des droits de vote au 31 décembre 2008.

Le concert perçoit 83 M€ de dividendes (45 M€ pour Colony, et 38 M€ pour Eurazeo)

2009 : Au 9 février 2009, le Concert déclare détenir 30,14 % du capital et 26,92 % des droits de vote, Colony/eurazeo ayant acquis environ 16 000 actions pour environ 52 M€.

Colony/ eurazeo perçoivent 69 M€ de dividendes

2010 : Colony et Eurazeo perçoivent 38 M€ (+31 M€ de Edenred – scission du groupe Accor)

2011 : Colony et Eurazeo perçoivent 76 M€ de dividendes (+34 M€ de Edenred)

2012 : Colony et eurazeo vendent environ 1 300 000 actions pour environ 30 M€

Colony et eurazeo perçoivent 37 M€ de dividendes (+24 M€ pour Colony au titre des dividendes Edenred, Eurazeo ayant cédé ses titres pour 602 M€)

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.