Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 14:35

jeudi 25 février 2010 12:38

Dans le cadre du projet de séparation des deux métiers du groupe, l’hôtellerie et les services prépayés, Gilles Pélisson, président-directeur général, crée un nouveau comité exécutif :

 

Directeurs généraux pour les grandes régions :

Yann Caillère, directeur général opérationnel, Europe, Moyen-Orient et Afrique et en charge de Sofitel Worldwide ainsi que de la construction et de la maintenance
Michael Issenberg, directeur général opérationnel, Asie et Pacifique
Michael Flaxman, directeur général opérationnel, Amériques

 

Pour les fonctions transverses :

Jean-Luc Chrétien, Directeur Général Marketing & Distribution
Sophie Goldblum-Flak, directeur transformation, innovation, technologies et développement durable
Patrick Ollivier, directeur des ressources humaines monde
Olivier Poirot, directeur financier en charge de Motel 6/Studio 6 ainsi que des achats
Pascal Quint secrétaire général et secrétaire du conseil d’administration et en charge de la direction juridique, des assurances et de la gestion des risques

En outre, Jacques Stern, directeur général délégué en charge des services et de la finance, assurera la responsabilité des finances du groupe jusqu’à l’assemblée générale extraordinaire statuant sur la séparation. Il crée le comité exécutif des services :

 

Directions générales zones et pays :

Jean-Louis Claveau Amérique latine hispanique et du Nord
Laurent Delmas France
Arnaud Erulin  Europe centrale et Scandinavie
Graziella Gavezotti Italie
Oswaldo Melantonio Filho Brésil
Laurent Pellet Europe du Sud et Afrique du Sud
Bernard Rongvaux Europe du Nord, Moyen-Orient et Afrique

 

Directions générales fonctions support :

Philippe Dufour Stratégie et développement
Loïc Jenouvrier Finances, systèmes d’information et juridique
Philippe Maurette Ressources humaines
Eliane Rouyer-Chevalier  Communication corporate, financière et responsabilité sociétale. Parallèlement, elle assure la responsabilité de la communication financière de Accor jusqu’à l’AGE statuant sur la séparation des deux métiers. 
 

“Le comité exécutif va contribuer à relever un triple défi que les services se sont fixés au cours des prochains mois : redynamiser les performances à court terme, se préparer à devenir une société cotée, établir les bases nouvelles d’une stratégie de croissance à moyen et long terme. Ce comité exécutif donne la primauté à la responsabilité locale et au fonctionnement en réseau entre les pays, les zones géographiques et les fonctions support”, a précisé Jacques Stern dans un communiqué du groupe.


Copyright
Journal de l'hôtellerie

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.