Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 09:25

équipe ibis

L’ensemble des Equipes IBIS FO ACCOR remercient tous ceux et celles qui au 1er tour ont contribué à maintenir la représentativité de notre organisation au sein des hôtels de – de 50 salariés du GIE Ibis.

4 régions sur 6 garderont un délégué syndical régional FO, relais essentiel auprès des salariés. A souligner les résultats des régions Paris IDF avec 34,8% et Nord avec 21,3% (représentée depuis seulement 4 mois).

Félicitations également à tous les autres délégués syndicaux régionaux FO qui sont au dessus de la barre des 20% enfin la représentativité n’ayant pu être maintenue dans la nouvelle région Rhône Alsace et obtenue dans la région Centre nous redirons ce qui caractérise toute entreprise humaine  « l’essentiel est de participer ».

     

FO

ENTREPRISE

Nbre de salariés

voix Exprimées

Voix

%

REGION  PIF

392

187

65

34,8

REGION PACA

454

117

28

23,9

REGION NORD

237

94

20

21,3

REGIONSUD OUEST

338

104

24

23,1

REGION CENTRE

393

176

2

1,1

REGION RHONE ALSACE

554

238

21

8,8

Nbre d'entreprises

2368

916

160

17,5

 

Il est cependant à noter qu’aucun quorum n’a été obtenu et que "traditionnellement" chez Ibis de nombreuses personnes se présentent au second tour "sans étiquettes", la partie n’est donc pas encore terminée.

Nous rappelons qu’à l’heure ou le modèle économique de l’hôtellerie ACCOR en général et IBIS en particulier change extrêmement vite notamment au gré des cessions d’hôtels, qu’avec un taux de participation modeste de 38,68 % au 1er tour malgré les nombreux efforts déployés pour informer les salariés qu’il est une nécessité absolue d’être représenté  par des organisations syndicales seuls signataires des accords avec l'entreprise, et d’éviter par vos votes ou votre absention du 1er juin prochain que « les clefs de la maison » ne soient confiées à des personnes ne représentant qu’elles mêmes.

En effet si tel était le cas, les salariés en seraient alors les grands perdants dans le cadre de leurs acquis sociaux.

Encore une fois merci à tous ceux et celles qui par leurs votes ont fait vivre la démocratie sociale et rendez vous dans vos hôtels des aujourd’hui pour continuer à vous écouter et vous soutenir au quotidien.

Zacharie LATTE

Délégué Syndical Central

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.