Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 13:20

EBJ_0712.JPGLundi 19 décembre et pour la 4ème fois cette année, les élus FO se retrouvaient au CCE pour aborder avec la direction les préoccupations actuelles de tous les salariés de la NMP.

Un nombre important de questions avaient été posées à l'ordre du jour et tous les points ont pu être abordés et débattus. Les élus FO représentent aujourd'hui majoritairement cette instance avec 27 représentants issus des divers CE et ils ont pu exprimer librement leurs opinions et poser toutes les questions souhaitées.

Les points abordés ont été divers et regroupés autour de quelques thèmes centraux : L'activité économique, la formation, La rémunération, les avantages sociaux, l'emploi et les conditions de travail.

La direction a également informé les élus de plusieurs projets de cessions d'hôtels. Ce point faisant toujours partie de la stratégie actuelle du groupe Accor qui continue ainsi à se désengager des actifs non rentables et non stratégiques.

Sur ce point, les élus FO ont renouvelé leur position d'opposition à tout type de cession qui entraine la fin du statut filiale pour les salariés concernés et par là-même une perte de nombreux avantages tels que l'intéressement collectif et la participation. De plus, au regard des faits qui nous sont remontés de plus en plus régulièrement, il s'avère qu'après la vente certains repreneurs et franchisés ne respectent plus aussi rigoureusement les droits des salariés. Les conditions de travail sont souvent détériorés et nous ne pouvons l'accepter. C'est pour cela que les élus FO ont voté NON lors de la consultation des différents projets présentés en réunion.

Suite aux nombreuses remarques effectuées par vos élus sur le non respect de nombreuses règles dans nos hôtels (horaires, plannings, récupération des RCR, difficultés de formation et DIF, problèmes de classifications, pénibilité du travail, embauches en baisse, recours excessif aux extras, surcharges de travail, polyvalence accrue, travail de nuit...etc.) la direction a noté l'ensemble des remarques et s'est engagée à effectuer des rappels urgents auprès des hôtels. Cependant nous continuerons à être vigilants et à l'écoute car la défense de vos droits doit rester notre préoccupation majeure.

Pour continuer notre action, nous avons aussi besoin de votre soutien pour un syndicat plus fort....alors n'hésitez pas ! rejoignez nous.

Tous les membres du syndicat FO Accor sont à votre disposition et vous souhaitent encore une fois d'excellentes fêtes de fin d'année.

A très bientôt en 2012

Carlos CONDESSA - Secrétaire du CCE NMP



Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.