Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 08:40

ce011210.jpgLa confédération FO a organisé le 30 novembre à Paris son troisième «Rassemblement des Comités d’Entreprise». Pour elle, les CE doivent rester un moyen, un outil de l’action syndicale au service des seuls intérêts collectifs des salariés.

 

Quel est le rôle des CE (Comités d’entreprise)? La réponse ne va plus forcément de soi à l’aune de la crise économique mais aussi au regard des conséquences de la loi sur la représentativité. C’est ce qui ressort en substance du 3e «Grand Rassemblement des Comités d’Entreprise» organisé le 30 novembre à Paris par la confédération FO.

Explications. Depuis leur institution dans toutes les entreprises de 50 salariés et plus, les CE sont appelés à exercer des attributions économiques et sociales. En matière économique, le CE dispose notamment de certaines prérogatives de «contrôle» sur la stratégie déployée au sein de l’entreprise par ses dirigeants. «Là-dessus, les CE ont un rôle fondamental de vigilance et d’anticipation à remplir pour défendre au mieux les intérêts des salariés, en particulier lorsque l’employeur envisage des licenciements collectifs dans le cadre d’un plan dit de "sauvegarde de l’emploi"», a souligné, à plusieurs reprises, Marie-Alice Medeuf-Andrieu, secrétaire confédérale FO chargé des questions liées aux CE. Or, la principale difficulté soulevée par les responsables et les élus FO de CE est de faire respecter au quotidien les droits de l’instance représentative (droit d’expertise judiciaire de gestion, droit d’alerte, droit à l’information…).

Il en est ainsi de la procédure d’«information consultation» qui oblige les patrons à consulter les représentants du CE pour tout changement relatif, par exemple, à la gestion de l’emploi, l’organisation du travail ou la formation professionnelle. «On voit souvent cette procédure malmenée par les employeurs surtout dans le contexte de crise économique actuelle», a déploré le secrétaire confédéral chargé à FO des questions d’Emploi, Stéphane Lardy. «Certains ont voulu profiter de la crise pour refuser de communiquer toute information susceptible d’éclairer les syndicats, et donc les salariés, sur la véritable situation économique et financière de leur entreprise», a-t-il expliqué, avant de rappeler, que «beaucoup d’entre eux ont été sanctionnés pour «délit d’entrave» par la justice». C’est pourquoi, pour Marie-Alice Medeuf-Andrieu, «avec la crise, l’enjeu pour les élus FO aux CE est de s’approprier plus que jamais les moyens et outils d’intervention dont ils disposent en la matière pour servir de caisse de résonance au service de l’emploi dans les entreprises».

Il en est de même pour la gestion des Activités sociales et culturelles (ASC) qui permettent d’octroyer des avantages en nature aux salariés (chèque vacances tickets cinéma etc.), ont insisté les militants FO. «Cette mission ne doit être ni sacrifiée, ni méprisée», a prévenu René Valladon, secrétaire confédéral chargé Développement de l’Organisation. A fortiori depuis que la loi du 20 août 2008 sur la «rénovation de la démocratie sociale» a fait des élections aux CE le centre de gravité de la représentativité syndicale. Pour autant, prévient René Valladon, s’il est devenu incontournable de construire un projet «électoral» valorisant les ASC, FO doit éviter les écueils électoralistes salariés pour conquérir ou garder un CE: «le comité d’entreprise doit ainsi être conçu comme un moyen, un outil de l’action syndicale et investi comme tel dans chacune de ses deux missions… au service des seuls intérêts collectifs des salariés».

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.