Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:57

"A l’occasion de l’événement Digiworld Future, le PDG d’Accor a rappelé la violence de la vague numérique pour son secteur et son groupe. Il a pointé l’immobilisme de ces derniers et précisé la nouvelle vision de l’entreprise. Fini le duo gagnant produit/marque, Sébastien Bazin veut attaquer les acteurs numériques sur leur terrain et identifier ceux qui vont venir l’attaquer dans 10 ans.

Accor Hotels fait sa mue digitale. Et c’est au Digiworld Yearbook du Digiworld Institute, à Paris le 16 juin, que Sébastien Bazin, PDG du groupe, est venu en témoigner. Preuve que les thèmes de prédilection de l’ancien Idate – les TIC, les télécoms et les médias — sont eux aussi en train de se mettre aux services.

Accor Hotels fait sa mue digitale. Et c’est au Digiworld Yearbook du Digiworld Institute, à Paris le 16 juin, que Sébastien Bazin, PDG du groupe, est venu en témoigner. Preuve que les thèmes de prédilection de l’ancien Idate – les TIC, les télécoms et les médias — sont eux aussi en train de se mettre aux services.

Et le patron du groupe hôtelier français n’a pas mâché ses mots. Pour lui, le secteur s’est contenté depuis les années 1950, de répondre aux besoins basiques de confort, d’hygiène et de sécurité des clients. Et surtout, il n’a réagi à aucune des trois vagues numériques qui ont tout renversé sur leur passage : les agences en ligne (Expedia, Booking), puis les métamoteurs (Kayak, Trivago…) et enfin, en attaque frontale, les "disrupteurs" (AirBnB).



ANTICIPER LA 4E VAGUE NUMÉRIQUE



Sébastien Bazin, administrateur du groupe durant dix ans, raconte avoir hurlé "Il faut arrêter d’être spectateur ! Nous devons anticiper la 4e vague !" quand il a pris la tête de l’entreprise il y a presque deux ans.

2015, 2016 ne sont pas un problème pour lui. L’homme s’interroge à bien plus long terme, sur ce qui pourrait arriver en 2020, voire 2025. "Le problème ne sera plus AirBnB. En revanche, il y a sûrement trois crétins, peut-être en Asie, qui sont en train d’inventer un service qui va me casser les pieds !"

Voilà pourquoi le patron d’Accor passe la moitié de son temps à imaginer des solutions pour trouver ce qui pourrait bien arriver à son secteur dans le futur. "Car j’aurais adoré participer à AirBnB", avoue-t-il.



LE CAUCHEMAR DE LA RELATION CLIENT



D’autant que ces perturbateurs venus d’Internet – des centaines, selon lui – ont délibérément choisi de ne pas faire son métier. Comme dans de nombreux secteurs — dont les télécoms très prisées du Digiworld Institute — les opérateurs du tourisme hôtelier courent le risque de se voir relégués au rôle d’installateur et de gérant d’infrastructure.

"C’est moi qui dois faire le mauvais boulot : l’entretien, l’application de la législation, etc." Il faut remettre le client au centre, souffleraient les Gafa… Le patron d’Accor les a entendus. "Les entreprises du Net ont un fort attachement des utilisateurs, par viralité. Nous, notre relation client a lieu deux, trois, quatre fois par an. C’est un cauchemar !"

Durant 60 ans, selon lui, l’hôtellerie s’est contentée d’accueillir ses clients dans ses établissements et de dire "ouf" quand ils repartaient. Plutôt que de les suivre avant, pendant, après leur séjour comme c’est aujourd’hui indispensable. Sa volonté pour le groupe, c’est de changer complètement de modèle de pensée et d’oublier l’historique combinaison produit/marque. "Ce n’est pas le modèle de demain !"



L’ERREUR DU SITE WEB MARCHAND



Sébastien Bazin raconte par exemple comment l’entreprise s’est trompée de stratégie avec son site Web. Ciblant un maximum de visiteurs certes, mais seulement 20 % devenaient prospects, et encore seulement 20 % de ces derniers se transforment en clients. Un site Web purement marchand, centré sur les prix et les promotions, qui a oublié le principal : les clients.



"70 % des voyageurs vont sur le Web avant de partir en voyage. La moitié réserve en ligne et dans cette moitié, 70 % ne vont le faire qu’après avoir lu les "reviews" de Tripadvisor." Accor veut se positionner sur les 7 étapes squattées par les acteurs du numérique : la consultation du voyage, la sélection, la réservation, l’agrégation avec d’autres services, le séjour, le partage avec les autres internautes et la fidélisation.



SUR FOND DE CONFLIT DE GÉNÉRATION



"C’est un problème de génération, a soudain asséné Sébastien Bazin. 90 % des gens qui ont créé des entreprises dans mon monde du voyage ont moins de 35 ans. Et chez moi, les décisions sont prises par des plus de 50 ans." Pour Sébastien Bazin, les premiers sont plus agiles, plus agrégateurs d’informations et ont besoin d’espace, d’innovation. Ils pensent en savoir plus et respectent moins leurs aînés.



"Il faut que les deux générations se rencontrent. Car je ne veux pas que les plus jeunes s’en aillent." Il faut changer les comportements et les process. Et les marges ou le taux d’occupation, qui indexaient un tiers des rémunérations des cadres, ne représenteront plus qu’un tiers. Le reste ? Les revues sur Tripadvisor.

"Les groupes hôteliers n’ont pas évolué car ils se sont dits : je ne suis ni la Fnac ni Virgin. Mon métier n’est pas dématerialisable, continue Sébastien Bazin. C’est vrai mais c’est complètement idiot ! Car on aura le client, mais ni la marge ni la relation client."



CONTRER L’HYPERCHOIX DE BOOKING



En rupture complète avec son secteur, Sébastien Bazin veut le bousculer : "Je deviens le premier hôtelier à devenir une plate-forme pour les établissements indépendants. Et bien sûr nous serons sélectifs. Je veux contrer l’hyperchoix de Booking ! 80 % des décisions se font sur la première page du site. Inutile d’en avoir 4, 5 ou 6." Alors, les hôtels Accor, la revanche ?

EMMANUELLE DELSOL

@edelsol

J’aurais adoré participer à AirBnB", avoue Sebastien Bazin, PDG d'Accor

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

aec 18/06/2015 13:38

LUTTE NATIONALE ET EUROPEENNE CONTRE L'HIPPOPHAGIE.
NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !
Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :
AEC
Résidence La Pléiade
98, rue de Canteleu
59000 LILLE
Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.
Faites passer le message à vos amis.
Amitiés.
AEC.

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.