Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 20:45

GDA-dh.jpg

Mr Denis HENNEQUIN (PDG Groupe ACCOR) en présence de Gilles d'ARONDEL et Cristina RUSSEL (Délégation FOACCOR)

La Réunion des membres du Comité de Groupe ACCOR s'est déroulée au Novotel Porte d'Orléans ce Lundi 7 Décembre 2010 en présence de MM Gilles PELISSON et Denis HENNEQUIN (Nouveau PDG ACCOR ayant pris ses fonctions le 1er Décembre de ce mois), de Mme Anne-Marie CAMBOURIEU, DRH ACCOR Monde, de Mr Christophe ALAUX, Directeur Hôtellerie France et de Mr Dominique MIRCHER, Directeur des affaires Sociales.

Aprés un rapide tour de table de présentation, le secrétaire de séance à fait lecture d'un communiqué relayant les inquiétudes de l'ensemble des Organisations Syndicales:  

cliquez ici (pour prendre connaissance du communiqué)  

A cette déclaration Monsieur PELISSON rappelle qu'il tenait à être présent à ce Comité  car celà fait des années qu'il en a régulierement rencontré les membres dans l'esprit des co-fondateurs qui eux-mêmes insistaient pour rencontrer  la représentation des collaborateurs en France.

Il ajoute "qu'il est important pour Denis de maintenir cette bonne pratique" et ce même si le Groupe est présent dans 90 pays car on ne  peut oublier la présence essentielle du Groupe en France dans les résultats qui porte le plus grand nombre de collaborateurs. En cinq années beaucoup de choses ont été faites et malgré les inquiétudes, aujourdh'ui la composition de ce Comité est à l'image de ce qu'il a essayé de faire a savoir recentré le Groupe sur son métier principal l'Hôtellerie.

De part la scission du mois de Juin 2010, EDENRED aujourd'hui est "un joli groupe qui vole de ses propres ailes" et qui pése prés de 4 milliards d'Euros, pour Gilles PELISSON, le pari de la scission est en passe d'être gagné avec deux entités qui tiennent parfaitement la route.

Gilles PELISSON se dit conscient par rapport au communiqué des enjeux qui restent collectivement à régler, "nous n'avons pas tout réglé mais clairement il est hors de question de parler d'un démantelement du Groupe" une majorité d'hôtels filiales seront gardés en filiales et pour les autres hôtels devant être cédés les collaborateurs qui sont historiquement dans le Groupe bénéficieront d'un accompagnement attentif notamment dans le cadre d'un passage en franchise, il rappelle la négociation à ce sujet avec les partenaires sociaux.

fo-accor 0991

 Denis HENNEQUIN (PDG ACCOR) en présence de Zacharie LATTE (DSC IBIS) et de Karim BELHADRI (DSC NMP)

Denis HENNEQUIN quand à lui s'est présenté comme quelqu'un ayant gravit tout les échelons dans son ancienne société MAC DONALD'S en précisant qu'il n'est pas un financier mais un développeur et qu'il n'a pas hésité longtemps pour rejoindre le Groupe ACCOR car "la place de l'homme et de l'humain est important tout comme chez MAC DONALDS"

Il précise qu'on l'a présenté comme le grand spécialiste de la franchise, modèle qu'il connait bien mais qu'il y a plusieurs types  de franchise et que son rôle n'est pas d'imposer ce qu'il a connu ailleurs.

La franchise n'est pas le seul mode de développement qu'ACCOR aura dans le futur.

Concernant la cession éventuelle de Marques pour lui on ne peut pas se permettre d'être une chaine seulement économique il faut être sur tout les segments et d'autant plus quand on a des franchisés car ils sont "multicartes"  il faut leur proposer une portefeuille de Marques suffisant. Il ne souhaite pas réduire les Marques mais trouver un équilibre en les renforcant, dans tout les cas il n'y aura pas selon lui de ventes de Marques.

Concernant l'Organisation du Groupe elle évolue et même si on veut en garder ses valeurs et sa position de numéro 1 mondial on se doit de l'accompagner de façon à embrasser les challenges du futur, il cite en substance une phrase de Lampedusa dans le célèbre  Film Franco-Italien le Guépard "Il faut que tout change pour que rien ne change"  

Carlos DH CRDenis HENNEQUIN (PDG ACCOR) en présence de Carlos CONDESSA (DSC NMP) et cristina RUSSEL (DSR NovotelPIF)

Denis HENNEQUIN rajoute que concernant le Groupe Lucien Barriere le Groupe Accor souhaite toujours se retirer et que pour LENOTRE  il y a beaucoup d'amateurs mais la vente n'est pas à l'ordre du jour et ce n'est pas une priorité. 

La stratégie reste la même que conçue dans le cadre du projet d'ARIANE 2015. 

Aprés une présentation des chiffres par Mr Marc VIEILLEDENT, un débat sous forme de questions réponses amène la réunion à se terminer à 12 heures 30 suivi d'un repas où ont été conviés l'ensemble des participants du comité de Groupe.

Questions Comité  FO Accor

 Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

commentaires

bazin 08/12/2010 21:52



Et bien, il a l'air bien sympathique notre nouveau patron avec un petit message rassurant pour SOFITEl (sous réserve bien entendu)


Philippe



Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
Mail : gilles.d-arondel@wanadoo.fr
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.