Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 02:06
 
 
 

· Un investissement de 96 millions de DH 

· 196 chambres dont 5 pour les handicapés


Le secteur hôtelier tangérois démarre l’année avec une nouvelle unité. Il s’agit du Tanger City Center. L’hôtel est situé sur la zone offshore de la baie de Tanger à quelques mètres de la nouvelle gare ferroviaire. Il a démarré son activité dès la première semaine de ce mois de janvier. L’hôtel dispose de tous les services habituellement proposés dans les hôtels de la chaîne Ibis, tels que parking, téléphone direct ou encore piscine. Il propose, en plus, trois salles de réunion de 30 à 70 m2 pour les rencontres professionnelles. L’hôtel se veut aussi convivial avec un accès facilité pour les personnes à mobilité réduite, 5 chambres leur ont été réservées.
Pour Accor, il s’agit d’un investissement total de 96 millions de DH. L’hôtel, qui offre 196 chambres, permettra d’étoffer la présence de l’enseigne Ibis à Tanger et dans le nord. Il vient s’ajouter à l’Ibis situé sur la route de Rabat à l’entrée de la zone franche de Tanger et à celui de Fnideq, à proximité de Bab Sebta.
Il s’agit d’accompagner le développement de la ville. En effet, Tanger connaît un développement soutenu depuis quelques années, un développement industriel qui ne cesse de profiter au tissu économique local, touristique surtout. Le complexe TangerMed, le site industriel de Renault à Melloussa et le développement des installations à Tanger Free Zone sont autant d’indicateurs qui n’ont pas échappé aux promoteurs touristiques locaux qui entendent se greffer sur cette dynamique. Cet Ibis viendra compenser, selon plusieurs opérateurs, le manque évident de la ville en hôtellerie de qualité dans cette tranche de prix.
A noter que le groupe Accor envisage d’étoffer son offre dans cette tranche de prix. Il devra lancer dès la fin de 2011 le premier Etap Hotel du Maroc à Tanger. Il s’agit d’un nouveau concept d’hôtellerie low cost dans le cadre d’un partenariat entre Risma et le groupe Akwa. La formule semble rodée puisque la chaîne Etap Hotel dispose déjà de 400 établissements dans 15 pays européens.
L’essentiel des dernières ouvertures qu’a connues Tanger tout au long de ces dernières années a surtout concerné les 4 et 5 étoiles. Il s’agit du César et de l’Andalucia Golf. Ce dernier se veut le nouvel hôtel de référence de la gamme luxe avec une vue imprenable sur le golf de Tanger. Avant la fin du printemps, Tanger devrait retrouver le Solazur, l’un des plus grands établissements de la ville. Ce dernier est passé sous l’enseigne Husa et est en rénovation depuis 2009.

De notre correspondant, 
Ali ABJIOU

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
Mail : gilles.d-arondel@wanadoo.fr
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.